Archives de février, 2012

Le Carnaval est un grand moment festif d’union nationale et est l’occasion de diffuser certains messages. Des dizaines de chars musicaux défilent au cours des trois nuits du Carnaval et diffusent chacun un groupe de deux à trois morceaux différents. L’un de ces chars, et d’autres, dénonçaient les abus sexuels et actes pédophiles commis impunément par certains soldats de la MINUSTAH (force de maintien de la paix des Nations Unies en Haïti) et que KOURAJ dénonce aussi. Le débat public et ce char ont malheureusement assimilé homosexualité et pédophilie: la MINUSTAH n’est pas accusée de pédophilie mais d’homosexualité (« MINUSTAH chichi » – MINUSTAH pédéraste -, « MINUSTAH fe masisi ak pitit nou » -MINUSTAH fait l’homosexualité avec nos enfants –). KOURAJ travaille à démonter cette rhétorique fréquente dans les discours homophobes et très largement répandue en Haïti. Le Carnaval a été l’occasion pour KOURAJ de diffuser une lettre ouverte à Monsieur le Président de la République et de la publier dans le Nouvelliste (premier quotidien du pays) du 17 février 2012 : cette lettre ouverte est reproduite ci-dessous et disponible sur le site du Nouvelliste.

« Monsieur le Président,

J’ai l’honneur d’attirer votre bienveillante attention sur la présentation, par Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication, Pierre-Raymond Dumas, le mercredi 25 janvier, du comité national mixte pour l’organisation du Carnaval qui a choisi comme slogan « Haïti ap dekole ».

L’engagement du secteur privé dans l’organisation de cet évènement culturel, moment d’union nationale, et la forte fréquentation touristique internationale, font de cet évènement une occasion unique de communiquer sur une nouvelle Haïti, et sur les nouvelles possibilités d’investissement que vous avez défendues dans votre programme et continuez de promouvoir.

Il parait cependant difficile qu’Haïti puisse attirer des investisseurs étrangers si le Gouvernement ne s’engage pas plus largement pour le respect des droits humains. Nous sommes en effet contraints de dénoncer le Carnaval comme une occasion de diffuser des messages incitant à la haine, notamment homophobe. Ces messages sont véhiculés, mais pas exclusivement par certains groupes musicaux recevant l’autorisation voire une rémunération de l’Etat pour participer au Carnaval. Le Gouvernement n’a aujourd’hui conduit aucune action pour sanctionner ces messages incitant à la haine et à l’hostilité envers les personnes homosexuelles.

Rappelant que l’article 19 de la Constitution de la République d’Haïti fixe que « L’Etat a l’impérieuse obligation de garantir le droit à la vie, à la santé, au respect de la personne humaine, à tous les citoyens sans distinction, conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme », le groupement KOURAJ, première organisation de citoyens discriminés et stigmatisés à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, engage le Gouvernement haïtien à prendre urgemment les mesures nécessaires afin que le Carnaval soit l’occasion de promouvoir, non pas la haine et l’intolérance, mais l’union nationale et le respect des droits humains.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien porter à cette lettre et vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma haute considération. »

Charlot, Président de KOURAJ

Publicités