KOURAJ envoie du courrier aux responsables haïtiens

Publié: novembre 20, 2012 dans Mis à jour

KOURAJ mène un plaidoyer à tous les niveaux de la société haïtienne et envoie des lettres à plusieurs responsables haïtiens afin de les sensibiliser sur la réalité vécue par les personnes M en Haïti. Certaines de ces lettres, celles qui ont pour mission de dénoncer les politiques mises en oeuvre ou l’absence de politiques adéquates seront publiées, d’autres sont en attente de réponse de la part des personnes concernés. Nous rappelons à tous les haïtiens, victimes ou témoins de cas de violations de droits humains basées sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle, qu’ils peuvent et doivent nous contacter afin de faire avancer la cause des personnes M en Haïti.

—————

À l’attention de: Monsieur le Ministre de la Culture Mario Dipuy,

Objet: Prendre des mesures pour corriger les dérives culturelles

Monsieur le Ministre,

KOURAJ Pou Pwoteje Dwa Moun an Ayiti, appelé couramment KOURAJ, vous soumet ses respectueuses salutations patriotiques et vous félicite pour votre engagement à la tête du Ministère de la Culture.

KOURAJ est un mouvement d’activistes M haïtiens qui lutte contre toutes les formes de discriminations basées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des personnes concernées. Nous entendons par M, les individus appartenant à la communauté M (Masisi, Madivin, Makomè, Mix) qui est la description la plus authentique du phénomène LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Transsexuel) en Haïti.

Nous avons suivi votre nomination à ce ministère avec beaucoup d’enthousiasme et d’intérêt. Nous travaillons avec ferveur pour intégrer les personnes M dans le combat plus général pour le respect des droits humains en Haïti. Notre activité consiste avant tout à mobiliser à la base de la société et nous aimerions aider la population haïtienne à changer leur mauvaise perception à l’égard des personnes M. L’homophobie constitue une violence, mais surtout une menace pour notre jeune démocratie.

Nous nous rallions à d’autres mouvements dans la société civile, tels que les mouvements de défense des droits des femmes, les personnes vivantes en situation de handicape, les enfants en domesticité, les personnes vivant avec le VIH/SIDA comprenant que les droits humains constituent un défi global devant rallier tous les individus.

Malheureusement aucun gouvernement n’a pris jusqu’à maintenant de disposition légale  pour protéger les personnes M dans le pays. Malgré une volonté de votre gouvernement d’instaurer l’Etat de droit en Haïti, aucune disposition spécifique n’a été prise pour protéger la communauté M qui est particulièrement victime des violences et de la précarité. Pourtant l’article 19 de la constitution de 1987 fait l’obligation à l’Etat de garantir la protection de tous les citoyens sans distinction aucune.

Nous souhaitons vous demander, par la présente, de prendre toutes les mesures nécessaires afin que les personnes M se sentent en sécurité dans leur propre pays. De nombreux groupes musicaux haïtiens (Hip Hop, Compas) utilisent la culture (la musique haïtienne) pour prêcher la haine et la violence à l’égard des personnes M. Quel pays démocratique peut accepter une telle incitation à la haine? A titre d’exemple : Le dernier Carnaval du Groupe BARIKAD CREW et le Carnaval du groupe PASTE BLAZE de 2009 pour ne citer que ceux-là. On peut écouter dans toutes les rues du pays et faire danser les haïtiens sur des paroles telles que : « Masisi yo se koripsyon, yo anpeche payi a dekole …  »

Ces groupes de musique, de part leur célébrité, on une forte influence sur la société haïtienne et notamment sur la jeunesse. En laissant ce genre d’individu divulguer leur haine et des appels à la violence à l’encontre d’une partie de la population l’Etat haïtien se rend d’une certaine manière complice de ces actes.

L’incitation à la violence par des personnes publiques a des conséquences très graves pour les milliers d’Haïtiens de la communauté M qui vivent dans ce pays et même pour ceux qui vivent à l’étranger. Le temps et l’argent passés dans l’éducation de notre jeunesse à la solidarité, la citoyenneté et les respects des autres sont réduit à néant en quelques secondes lorsque ces propos haineux sont diffusés sur les radios, les télévisions ou lors des événements publics.

Nous sommes conscients de votre engagement à la tête d’un tel ministère, mais nous pensons qu’il serait important que vous preniez des mesures judiciaires et légales pour corriger ces dérives homophobes, nuisant à l’image de notre pays.

Prendre des mesures pour lutter contre l’homophobie au sein de la communauté musicale haïtienne serait une bonne façon d’agir pour défendre les droits humains, alors que la Section des Droits de l’Homme (SDH) de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (MINUSTAH), a estimé récemment, dans son premier rapport semestriel sur la situation des droits de l’homme en Haïti que le gouvernement n’était pas à la hauteur des défis.

Monsieur le Ministre de la Culture, nous vous prions d’agréer l’expression de nos plus sincères salutations patriotiques.

Charlot Jeudy, Président de KOURAJ

Publicités

Les commentaires sont fermés.